Concilier écologie et transition numérique, c’est possible ?

Concilier écologie et transition numérique, c’est possible ?

Concilier écologie et transition numérique, c’est possible ? 1320 915 Jean-Marie Hallard

Écologie et transition numérique : le divorce, est-il consommé ? Le numérique est désigné depuis quelque temps comme un des principaux responsables du réchauffement climatique. Doit-on l’éradiquer de notre société pour laisser un espoir à notre planète ? Sans aller jusqu’à cette extrémité, plusieurs observateurs conseillent, en effet, de modérer nos pratiques numériques. Qu’en est-il vraiment ? Qui sont les vrais responsables de la pollution numérique ? Des solutions, existent-elles pour éviter un maximum de dégâts ? Arrêtons-nous sur ce sujet de société qui nous concerne tous aujourd’hui, ainsi que les générations à venir.

Écologie et transition numérique : la guerre est déclarée

Où commence donc la pollution dans nos usages numériques ? Envoyer un e-mail, effectuer des recherches participent activement aux importantes émissions de CO2. Et pour cause ! D’après la plateforme de données Statista, 269 milliards d’e-mails ont ainsi été émis et réceptionnés chaque jour en 2017. Quant aux recherches, elles s’élevaient, selon Google, à près de 6 milliards par jour en 2016.

Au vu de ses chiffres, il s’avère évident que numérique et environnement sont inconciliables… À moins de réagir d’urgence pour que la révolution numérique puisse entrer dans un cercle vertueux écologique.

Tout comme les particuliers, les entreprises sont elles aussi sollicitées dans cet effort. Leur participation, est-elle possible pour faire rimer écologie et transition numérique ? Avec d’un côté, des achats récurrents d’équipements et, de l’autre, de nouveaux usages d’Internet, l’objectif de réduire l’impact environnemental de la révolution numérique semble difficilement envisageable.

Quand des entreprises mettent au diapason écologie et transition numérique

La RSE, pour que transition énergétique et numérique aillent de pair

La Responsabilité Sociétale des Entreprises s’impose toujours plus dans le mode de fonctionnement des entreprises. Or, la protection de l’environnement en est un volet conséquent. Les managers ont donc vite compris tout l’intérêt d’investir dans ce domaine pour l’image de marque de leur société. Mais d’après une étude menée par France Stratégie, adopter une démarche RSE serait également bénéfique en matière de productivité et pour réduire les dépenses.

Rien de véritablement étonnant dans ces résultats. En effet, des entreprises veillant au bien-être de leurs salariés ne peuvent que gagner en productivité, donc en performance. Par ailleurs, s’engager à réduire l’empreinte écologique du numérique s’avère rentable, car cela signifie moins gaspiller. C’est donc économiser tant en consommation d’énergie qu’en consommation de papier… La RSE est ainsi un levier majeur afin que numérique et développement durable ne soient plus incompatibles.

Faire des choix éclairés en équipements numériques

Le fait est que plusieurs entreprises soucieuses d’allier écologie et transition numérique ont décidé de réduire leur impact carbone. À cette fin, elles intègrent des outils numériques responsables. C’est le cas grâce à des sociétés innovantes, telles que Fairphone.

En effet, ce spécialiste de la téléphonie a développé pour les entreprises la commercialisation d’un téléphone à double carte SIM. Le but ? Éviter le gaspillage de ressources lié à l’utilisation de deux téléphones portables par leurs collaborateurs. L’un était alors réservé à usage privé, tandis que l’autre était à usage professionnel. En outre, Fairphone s’engage à s’assurer de la provenance équitable de 40 % de 8 matériaux de ses téléphones, d’ici 2022. L’entreprise veille, par ailleurs, à rendre ceux-ci facilement réparables contrairement à la majorité des smartphones.

Pour un usage responsable des nouvelles technologies

Si le recours à des constructeurs de matériels éthiques est une avancée conséquente, il convient de ne pas négliger l’écologie digitale. À cet effet, des entreprises se mobilisent aussi pour faire évoluer les habitudes prises en interne. Selon Les Échos, elles incitent ainsi leurs collaborateurs à privilégier des moteurs de recherche responsables. Leur volonté ? Mettre en place une compensation carbone pour contrebalancer leurs émissions de CO2. C’est le cas notamment grâce à la reforestation organisée par Ecosia.

Mode d’emploi pour qu’écologique et transition numérique fassent bon ménage dans votre entreprise

Vous souhaitez vous aussi impliquer votre entreprise dans cette évolution vers un numérique propre ? Voici 4 conseils pour qu’écologie et numérique se réconcilient enfin.

1° Informez-vous sur l’écologie et la transition numérique !

Pour commencer, tenez-vous au courant de l’évolution des normes environnementales. Mais vous pouvez encore faire mieux ! De nombreuses publications paraissent régulièrement sur le sujet de l’empreinte énergétique croissante du numérique. Certaines fournissent des conseils éclairés sur les actions à mener. C’est le cas du rapport publié par The Shift Project en octobre 2018. Ce groupe de réflexion invite à la « sobriété numérique ». Il informe ainsi entreprises et organismes sur leur impact écologique grâce au Référentiel environnemental du numérique. Prenez de l’avance sur vos concurrents, inspirez-vous et passez à l’action !

2° Optez pour des fournisseurs d’énergies éco-responsables

Tous les fournisseurs se livrent à une véritable guerre de communication sur ce point. Pour en savoir plus sur les fournisseurs d’énergie renouvelable, vous pouvez donc vous informer sur des classements proposés, notamment par Greenpeace.

3° Adoptez une stratégie d’efficacité énergétique numérique

Halte aux dépenses énergétiques anarchiques ! Incitez ainsi votre personnel aux économies d’énergie en adoptant de bonnes pratiques digitales. Lesquelles ?

  • Demandez à éteindre les appareils numériques inutilisés pendant plus d’une heure.
  • Incitez, ensuite, à un usage raisonné des e-mails, souvent inutiles entre collègues pouvant échanger de vive voix.
  • Recommandez les partages de documents sur des espaces de stockage partagés plutôt que par envoi de pièces jointes.
  • Encouragez aussi au nettoyage régulier des boîtes mail.
  • Conseillez, enfin, la fermeture des onglets inutilisés qui sollicitent en permanence les centres de stockage de données énergivores.

4° Entretenez votre parc informatique

Pour conclure, votre transition numérique écologique requiert aussi un renouvellement raisonné de votre matériel numérique. Augmenter sa durée d’usage de 2 à 4 ans permet ainsi de réduire son impact environnemental de 50 %. Pour ce faire, veillez à conserver votre équipement informatique en bon état de fonctionnement. Comment ? Planifiez des maintenances régulières de vos ordinateurs et périphériques. Ayez le réflexe « dépannage » avant de penser automatiquement à « acquisition ». D’autant que de nombreux experts informatiques performants proposent ce type de prestations. Vous les trouverez évidemment sur la plateforme dédiée aux techniciens informatiques Doc-Ordi.co !