TPE/PME, quels coûts pour passer au numérique ?

TPE/PME, quels coûts pour passer au numérique ?

TPE/PME, quels coûts pour passer au numérique ? 1320 880 doc-ordi.fr


Digitaliser les entreprises est devenu incontournable. Stratégie marketing, gestion des salariés et des stocks passent obligatoirement par les nouvelles technologies. Ces évolutions nécessitent alors des investissements matériels et souvent humains. On entend dire que cette révolution est une opportunité et serait source de R.O.I. (Return On Investment) pour les TPE/PME. Les frais engagés seraient compensés par les économies, et même par les bénéfices réalisés a posteriori. Qu’en est-il vraiment ? Quel est le vrai budget d’une transition numérique ? Découvrez les éléments-clés pour évaluer le coût de la transformation digitale des entreprises, et les astuces pour le faire diminuer.

Qu’est-ce que la transformation digitale ?

Que l’on préfère l’expression française de « transition numérique » ou l’anglicisme de « transformation digitale », avant d’aborder le sujet du coût, encore faut-il s’entendre sur la définition de ce processus. En effet, les frais ne seront pas les mêmes selon l’envergure du projet. Il convient de rappeler que, pour être réussie, la transformation numérique d’une entreprise doit s’ancrer dans une stratégie globale, comme le souligne une analyse du Cigref (association à but non-lucratif regroupant près de 150 organismes et grandes entreprises).

Il faut être conscient qu’un tel projet implique une révolution de l’organisation, des process et de la culture de l’entreprise. Cette transformation digitale doit donc faire l’objet d’un accompagnement auprès du personnel, mais aussi des clients et partenaires. En bref, certes, la transition numérique d’une entreprise est synonyme d’investissement IT, sans négliger la maintenance régulière du matériel, mais elle induit aussi des coûts de formation du personnel, de recrutements éventuels et de communication avec les parties prenantes.

C’est donc l’ensemble de ces besoins qu’il faut considérer, tout en ne négligeant pas les bénéfices et aides qui rendent cette stratégie gagnante in fine. 

Quel est le coût de la transformation digitale des entreprises ?

Devant ce constat, tout chef d’entreprise est amené à se poser la question de la rentabilité. Quel est l’intérêt d’opter pour le digital ? Avant d’envisager le R.O.I. de la transformation numérique, il faut rappeler que ce changement est avant tout une question de survie de l’entreprise. Face à la concurrence, s’en priver semble extrêmement risqué. Sans cette évolution, la TPE PME perd en performance sur la gestion des stocks, la productivité et sa stratégie marketing.

Au-delà de cet impératif, il s’avère aussi crucial d’effectuer cette mutation pour répondre aux nouvelles exigences administratives. Pour n’évoquer que la gestion de la paie, toutes les démarches sont désormais dématérialisées : bulletin de salaire, déclaration sociale nominative, prélèvement à la source. Résultat ? Un coût de gestion des salariés qui a augmenté de plus de 17 % depuis 2010 du fait des investissements nécessaires. Mais, bien d’autres facettes des ressources humaines impliquent le recours à des systèmes d’information performants, comme le recrutement ou la mise en conformité vis-à-vis du R.G.P.D.

Bonne nouvelle : selon une étude du groupe ADP, la productivité d’une entreprise augmenterait proportionnellement à son investissement dans la digitalisation de son service R.H.

Transition numérique, qu’est-ce que ça rapporte ?

Le passage au numérique répond donc à de nombreuses injonctions et est, de ce fait, complètement justifié. Les enjeux de la transition numérique sont clairs : concurrentiels et administratifs. Mais qu’en est-il du R.O.I ? Pour répondre à cette question, il faut tout d’abord considérer le coût de la transformation digitale des entreprises comme un investissement traditionnel lors des changements d’organisation de toute entreprise. Une fois ce principe accepté, vient le temps du constat à moyens et longs termes. La valeur créée par la transformation numérique se mesure alors à différents niveaux :

  • la simplification des process permettant des gains en réactivité et en productivité des collaborateurs ;
  • la centralisation des données pour améliorer le suivi et la satisfaction des clients ;
  • l’efficacité des canaux de distribution et de communication pour toucher de nouveaux prospects à moindre coût ;
  • enfin, les gains financiers.

Cette dépense initiale est ainsi largement rentabilisée par l’ensemble des économies de gestion et des bénéfices réalisés. Ce n’est pas encore assez ? Voici donc de quoi réjouir de nombreux entrepreneurs : l’État et les régions les aident à réaliser leur transition numérique dans les trois ans.

Quel accompagnement pour la transformation digitale d’entreprise ?

Convaincu de l’importance de la digitalisation des TPE/PME, mais conscient des freins à sa réalisation, l’État a décidé de lancer le projet France Num pour aider les entreprises qui le souhaitent dans cette démarche. Cet accompagnement à la transformation numérique prend ainsi différentes formes : de la simple information, en passant par la mise en relation avec des « activateurs », jusqu’à l’aide au financement du projet.

En partenariat avec les régions de France, la plateforme France Num propose tout d’abord aux dirigeants de TPE/PME d’échanger avec des conseillers, en fonction de leur secteur d’activité ou de leur région. Ces interlocuteurs peuvent être selon leur choix des « entreprises-pilotes », ayant elles-mêmes effectué leur transformation numérique, ou des conseillers des Chambres des métiers ou des CCI. Ceux-ci les guident pour définir leurs besoins : gagner en visibilité, vendre sur internet, utiliser les données… Une fois l’objectif établi, les entrepreneurs peuvent alors entrer en contact avec des activateurs publics ou privés : agences de stratégie digitale, freelances, prestataires en infogérance ou maintenance informatique.

Faire baisser le coût de la transformation digitale des entreprises ?

Enfin, le portail informe sur les aides aux financements en fonction de sa localisation, du profil de l’entreprise et de son secteur d’activité. Des chèques numériques sont ainsi proposés par les régions pour participer à la mise en place des projets. Cette subvention est de l’ordre de 50 % du montant total, qu’il s’agisse de réaliser un diagnostic numérique, de faire appel à un prestataire pour la création d’un site web ou à un consultant en référencement… Par ailleurs, pour répondre à tous les besoins, d’autres solutions sont présentées tels les prêts pour la transition numérique.

Ainsi, le coût de la transformation digitale des entreprises peut sembler conséquent pour des TPE/PME, mais le choix de conserver un système d’exploitation qui ne correspond plus à l’époque actuelle risque de créer des conséquences financières bien plus désastreuses à moyen terme. En prenant le temps d’analyser l’actualité de la transformation numérique et les différents accompagnements proposés, tout incite désormais à opérer ce passage à la digitalisation. Bienvenue dans l’ère de la PME numérique !